#NEWS

04/04/2018

Verlingue voit loin et grand

Spécialiste dans la protection des entreprises, Verlingue connaît une croissance à deux chiffres. Le courtier en assurances poursuit sa stratégie de développement dans les régions et à l’international. Rencontre, à Illzach, avec Marc Christen, le directeur Grand-Est.

 

Faites-nous brièvement la carte de visite de Verlingue.
Verlingue fait partie du groupe Adelaïde, spécialisé dans le conseil, l’intermédiation, la distribution et les services en assurances. Le siège est à Quimper mais nous sommes représentés dans quasiment toutes les régions françaises avec 900 collaborateurs et à l’international. Nous travaillons avec les plus grandes entreprises familiales, les ETI (entreprises de taille intermédiaire, N. D. L. R. ) et les grands comptes. Verlingue gère 1, 7 milliard de primes au niveau national […]. Le groupe, présidé par Jacques Verlingue, est en croissance de 12 %, c’est fabuleux pour une entreprise née familiale et française !

 

Comment expliquez-vous cette belle progression ?
Nous avons fait il y a quelques années le pari assez audacieux d’implanter les équipes dans les régions à côté de nos clients. C’était un choix à l’encontre des grands courtiers qui, souvent, traitent les affaires depuis la capitale ou d’une seule autre grande ville. Cette stratégie s’avère payante puisque nos clients nous sont fidèles, avec un taux de renouvellement des contrats à 97 %. À cela, s’ajoute une conquête très forte de nouveaux clients. Nous connaissons aussi très peu de turnover dans nos équipes.

 

Vos spécialisations sont également d’indéniables atouts.
En plus de notre métier traditionnel de courtier généraliste des grands risques, nous avons effectivement choisi d’être ultra spécialisés dans de grands domaines, à savoir les sciences de la vie, la santé privée et le médico-social, l’immobilier et l’institution financière. Pour créer une réelle différence, nous devons être très réactifs dans le domaine numérique – et je peux vous dire qu’une somme colossale y a été investie. L’objectif est de créer sans cesse des outils nouveaux, ce que nous venons encore de faire avec Assur@ccess (pour les banques) et Immo@ccess (dédié aux professionnels de l’immobilier).

 

Les équipes s’étoffent puisque 100 personnes viennent d’être recrutées au niveau national.
Cela nous permet d’accentuer notre qualité de services, de nous adapter à un monde en permanente mutation et d’être encore plus présents dans l’accompagnement de nos clients. Nous privilégions les profils atypiques mais bien qualifiés avec une vraie expertise pour les consultants. De plus, nous formons des jeunes que l’on intègre progressivement dans nos métiers pour les faire grandir avec nos méthodes. L’an passé, nous avons recruté dix personnes sur notre région (Strasbourg-Illzach-Dijon). Des postes de chargés de clientèle restent à pourvoir.

 

Votre équipe vient de décrocher un prix de la performance.
Nous sommes très fiers d’avoir réalisé deux fois les objectifs attendus l’an passé. Cela nous a permis de booster une activité déjà ultra-forte. En termes de chiffre d’affaires, notre région, qui s’étend de Strasbourg à Dijon, se place en deuxième position après Paris […]. L’an passé, nous avions fêté le 20 e anniversaire de notre rayonnement régional.

 

Les projets ne s’arrêtent jamais…
Aujourd’hui, les petites et moyennes entreprises pèsent 5 % de notre chiffre d’affaires. Autrement dit, rien du tout. Nous savons que c’est un marché très concurrentiel, mais chez Verlingue, nous aimons les défis. Quand on sait donner le meilleur à de grands comptes, il n’y a aucune raison que nous n’arrivions pas à faire de même pour les PME ! Nous sommes en train de créer des solutions spécifiques avec de la vraie valeur ajoutée.

 

Pour finir, un petit mot sur l’international…
Avec notre implantation en Angleterre depuis une dizaine d’années et le rachat de deux entreprises en Suisse (à Lucerne et à Zürich) – une grosse fierté car ce n’est généralement pas dans ce sens que cela se passe ! – nous affichons aujourd’hui 20 % de notre business à l’international. Les moyens ont été mis (projet de déménagement du bureau des relations allemandes de Strasbourg en Allemagne, recrutement récent d’un directeur général adjoint…) pour atteindre prochainement les 50 %.

 

 Justine Nalouei – L’Alsace