#NEWS

05/04/2018

Verlingue. Un modèle de développement pour la pointe bretonne

400 salariés en 2010, 900 aujourd’hui… La société Verlingue pousuit son impressionnante progression. Depuis son siège quimpérois (300 salariés), elle déroule une belle trajectoire dans l’univers de l’assurance, prioritairement dans le risque entreprises et la protection sociale complémentaire. Avec 1,7 milliard d’encours et 147 millions € de chiffre d’affaires, elle a pris aujourd’hui une véritable dimension européenne avec notamment des implantations en Suisse et en Angleterre, enregistrant en 2017 une hausse de 12 % des ses résultats, en conjuguant progression interne et croissance externe.

 

Et pourtant, sa situation à la pointe bretonne ne lui donnait pas la moindre chance de connaître une telle croissance, du moins dans l’ancien monde. Mais elle a su prendre son envol en 2005, au moment de l’explosion d’internet en surfant  sur la révolution numérique qui abolit les frontières et donne leur chance même à ceux qu’on croyait nés trop loin des grandes axes de communication. A ce titre, Verlingue constitue un modèle de développement pour la pointe bretonne puisqu’il s’affranchit de tout critère géographique.

 

La société quimpéroise n’est du reste pas la seule à avoir su mettre à profit l’explosion des nouvelles technologies. Ce sont elles aussi qui ont permis au CMB Arkea de connaître un spectaculaire essor, grâce surtout à la croissance de filiales assises sur le support digital, comme Suravenir, Fortuneo ou Financo, qui figurent aujourd’hui parmi les leaders dans leur branche. Le Télégramme, lui aussi, a su sauter dans le premier wagon du numérique et créant Regionjobs, une véritable pépite, transgressant les frontières historiques du journal  pour devenir un grand groupe de communication dans lequel on retrouve des sociétés et des manifestations aussi diverses que les Francofolies ou la Route du Rhum.

 

A l’heure où la très forte attractivité de Rennes a tendance a peser négativement sur le reste de son arrière-pays enclavé, la réussite de Verlingue montre toutes les possibilités de croissance, même au bout du monde. A condition de conjuguer puissance du numérique et agrément du cadre de vie, un critère de plus en plus déterminant chez les jeunes générations. Et il n’est pas pour rien dans la notoriété de l’assureur quimpérois.

 

C’est une carte à jouer pour la pointe bretonne, si elle veut bien ne pas tomber dans l’obsession monomaniaque du TGV. Gagner un quart d’heure à coup de milliards n’est pas pour tout de suite. En revanche, il y a sûrement a gagner à développer cette image de pointe bretonne incubatrice du numérique dans un cadre très humain et offrant un véritable agréement de vie. Verlingue en apporte l’assurance…

 

René Perez – Bretagne Bretons