#NEWS

19/11/2019

« Nous allons continuer notre développement en régions pour être toujours plus présents auprès des administrateurs de biens et des syndics »

Dans le cadre du Salon de la Copropriété 2019, Stéphane Grandchamp, Directeur Verlingue Immobilier, a répondu aux questions de Radio Immo.

 

Radio Immo : Stéphane Grandchamp, vous êtes Directeur de la Filière Immobilier de Verlingue, courtier en assurances. Avant de parler de vos innovations, présentez-nous votre entreprise ?

Stéphane Grandchamp : « Verlingue est un courtier en assurance spécialisé en risques d’entreprises, santé et prévoyance. En quelques chiffres, c’est un peu plus de 1 000 collaborateurs répartis sur l’ensemble du territoire et également à l’étranger avec des filiales notamment en Angleterre et en Suisse, aujourd’hui à peu près 20% de notre chiffre d’affaires est déjà à l’international. Et une vocation d’ici 5 ans à ce que ce chiffre représente la moitié de notre chiffre d’affaires donc une ambition internationale assez importante. Nous gérons environ un peu plus de 2 milliards d’euros de primes d’assurance en collecte pour nos clients donc on peut dire que Verlingue est aujourd’hui un acteur important du courtage d’assurance. »

 

Comment travaillez-vous ? Quelle est votre approche ?

« Pour ma part,  je suis présent aujourd’hui sur le salon de la copropriété en tant que Directeur de la spécialité Immobilier. C’est une spécialisation qui est chez Verlingue depuis un peu plus de 5 ans notamment suite au rachat d’un cabinet de courtage qui était connu sous le nom de De Clarens. Nous avons ensuite créé une marque qui s’appelle Verlingue Immobilier, que j’ai le plaisir de diriger. Nous comptons à ce jour près de 60 collaborateurs dédiés uniquement au métier du syndic et de l’administration de biens. Nous gérons à peu près 10 000 immeubles sous assurance en contrat multirisques immeubles, une des préoccupations premières des occupants d’immeubles et des syndics de copropriété que nous assurons.
Nous gérons également, pour la partie « administrateurs de biens », près de 100 000 lots en gestion locative. Tout cela représente 20 000 sinistres par an que nous gérons directement. Une des particularités également de Verlingue et de Verlingue Immobilier, c’est que, bien évidemment, nous négocions pour le compte de nos clients des contrats d’assurance. Nous conseillons également nos clients avec un devoir de conseil sur le rôle de l’assureur et sur leurs obligations vis-à-vis de leurs propres clients. Et puis un troisième métier également autour du courtage, qui est la gestion. Nous avons des délégations de gestion des compagnies d’assurance avec lesquelles nous travaillons, qui nous confient les mandats pour gérer en leur nom les contrats d’assurance. »

 

Comment arrive-t-on à faire la différence en tant que courtier dans un secteur d’activité où vous êtes quand même assez nombreux ? Comment faites-vous pour faire la différence ?

« C’est une bonne question. Notre activité est totalement dédiée à l’immobilier, avec des experts qui connaissent la profession. Nous avons la prétention de pouvoir accompagner nos clients sur leur propre métier, sur leur évolution. Nous faisons beaucoup de veille également pour eux. Et bien évidemment nous nous démarquons à travers cela, c’est-à-dire à travers l’expertise que nous pouvons leur confier sur : quelle peut être la valeur ajoutée des contrats d’assurances dans le cadre de leur activité ? et comment valoriser leur service, leur quotidien à travers ces contrats d’assurance ? Pour nous l’assurance doit être une arme utile au quotidien pour la gestion de nos clients vis-à-vis de leurs propres clients. Nous sommes dans un schéma BtoBtoC comme on aime à le rappeler. C’est-à-dire que nos clients sont des syndics, des administrateurs de biens mais les contrats d’assurances qu’on leur propose hormis leur contrat de propre responsabilité sont dédiés à leurs propres clients. »

 

Quel genre de rapport instaurez-vous avec les copropriétaires plus particulièrement ?

« Nous allons intervenir lorsque nous accompagnons nos clients sur des grands sinistres. Nous avons d’ailleurs une recrudescence de grands sinistres d’intensité, notamment de nombreux incendies en 2019. Et bien évidemment lorsque cela concerne directement les copropriétaires pour lesquels l’assurance est clé dans la gestion de ces sinistres. Nous sommes présents aux côtés de nos clients et nous pouvons intervenir et parler directement à ces copropriétaires pour les rassurer sur la marche à suivre, sur l’accompagnement de la suite de leur contrat d’assurance et bien évidemment être en lien direct avec les copropriétaires. Une autre façon également d’être en lien avec les copropriétaires, c’est de donner des outils à nos propres clients qui facilitent leurs échanges. Je prends un exemple, aujourd’hui dans la gestion d’un sinistre, nous avons des « presse-boutons » dédiés à nos clients qui leur permettent de pouvoir générer des comptes rendus de situations de sinistres pour les présidents de conseils syndicaux notamment. »

 

C’est un gagne-temps incroyable ?

« Exactement, c’est-à-dire que l’on facilite la communication dédiée à nos clients à travers nos outils digitaux que nous pouvons proposer au syndic de copropriété. »

 

Justement, pour rebondir sur les outils, vous avez créé une nouvelle application qui s’appelle OneStopShop qui est à destination justement de vos clients, alors quelles sont les fonctions principales de cette application ?

« C’est une innovation dont nous sommes très fiers. Nous l’avons présenté en avant-première la semaine dernière au RENT. Nous y étions présents pour la première année, c’est d’ailleurs un salon qui ne cesse de grandir et nous avons présenté cette innovation à cette occasion ; cette innovation vise à accompagner nos clients depuis la déclaration d’un incident en copropriété jusqu’à sa résolution par le biais d’une plateforme qui va centraliser l’intégralité des acteurs tenant à la chaîne de l’incident. C’est-à-dire que quand vous avez un incident en copropriété qui se transforme en sinistre vous allez avoir tout d’abord l’occupant qui va faire part de son incident, le syndic qui va devoir le gérer, les entreprises qui vont devoir intervenir, l’assureur qui va devoir prendre en charge et les experts. Tout cet écosystème, finalement, est regroupé au sein d’une même plateforme qui va permettre au gestionnaire de copropriété de simplifier l’ensemble des informations qu’il doit partager et une tâche qu’il doit parfois reproduire 4, 5, 6 fois, ce qui est chronophage et finalement sans valeur ajoutée puisque cette tâche ne vaut pas pour la personne qui va communiquer. Nous allons lui proposer de la regrouper, de lui faire gagner un temps précieux, de façon à finalement valoriser son action plutôt par son expertise, son accompagnement plutôt que d’être happé par des tâches répétitives qui vont réduire sa bande passante sur de vraies missions. C’est cela qui permet le OneStopShop avec quelque chose que nos clients nous avaient réclamés depuis longtemps : l’intégration et la prise en charge automatique de l’assureur dans le cadre d’une réparation liée à un sinistre en copropriété. C’est-à-dire que dans la chaîne, l’assureur va prendre en charge directement le sinistre sans qu’il y ait besoin d’avance de fonds. Là aussi une innovation importante pour le gestionnaire, un gain de temps total, une transparence vis-à-vis du copropriétaire et l’ensemble des acteurs de la chaîne qui ont un accès direct à l’ensemble du suivi de ce sinistre. »

 

Cela complète en quelque sorte votre travail initial. Pour finir, quel avenir pour Verlingue ?

« Verlingue a notamment pour vocation de poursuivre sa transformation digitale au bénéfice de ses clients et son internationalisation pour avoir d’ici 4-5 ans un chiffre d’affaires qui représentera environ 50% à l’international. Nous venons de racheter un courtier qui s’appelle Eyssautier, spécialisé dans le transport maritime. Pour l’immobilier, nous souhaitons continuer à nous développer en région notamment puisque historiquement nous étions très présents sur l’Île de France. Nous avons ouverts des antennes commerciales immobilier à Bordeaux, Nantes, Toulouse, Aix, Lyon et nous allons continuer notre développement en régions pour être de plus en plus présents et accompagner localement les administrateurs de biens et les syndics parce que notre relation de proximité se fait bien évidemment à travers notre présence locale. Nous sommes dans des métiers où chaque entreprise que sont les syndics de copropriété ont besoin d’un accompagnement au quotidien et de proximité, en plus des outils qui leur sont proposés. »