#NEWS

29/08/2017

Cyber market not perfect, but coming of age

Retrouvez l’interview d’Eric Maumy, Directeur général de Verlingue, dans le mensuel  « Commercial Risk Europe » sur les cyber-risques.

 

 

Company of all sizes have to face up to the harsh reality that they will suffer a cyber attack at some point and therefore need to take this threat extremely seriously, according to Eric Maumy, CEO of Verlingue, French member of European Risk Frontiers survey sponsor Worldwide Broker Network (WBN).

 

Whatever the size of the company, this subject is to be addressed by the executive committee or equivalent. Cyber involves corporate image and reputation and can have a tremendous impact on the business” said Mr Maumy.

 

Companies that have suffered cyber losses are advertised in the press every day. The issue for us is to make companies aware of the fact that cybercriminality has become a growing business. The question for customers is therefore not ‘Am I exposed?’ but rather: ‘When am I going to be hit?’” he said.

 


 « Whatever the size of the company, this subject is to be addressed by the executive committee or equivalent. Cyber involves corporate image and reputation and can have a tremendous impact on the business » 


 

Insurers and brokers can help risk managers prevent cyber risk as well as finance the inevitable loss. But this is a work in progress, conceded Mr Maumy.

 

Insurers do try and propose services to assess and reduce risk exposures for the customers. However, this matter has not yet been mastered by insurance companies. Customers want to know what cyber means in their world, how much they are exposed and where. They want to know whether the risk can be reduced and down to what level or amount,” he said.

 

He added: “We of course have to propose an insurance solution, but also anticipate the capacity to package and integrate those services. This enables us to value our consultant approach to risk management. This is an aspect we often talk about with our WBN colleagues. Our membership of this international network is very useful in this sense.”

 

It is still early days for the cyber insurance market in Europe, stressed Mr Maumy, but in his view coverage gaps are narrowing. He has certainly seen improvements in coverage, but again stressed the significance of associated services such as emergency response provided by specialist firms.

 

Commercial risk2

 


 

Toutes les entreprises, grandes ou petites, doivent dorénavant vivre avec la dure certitude d’être, à un moment ou un autre de leur existence, victimes d’une cyber-attaque et, par conséquent, prendre cette menace très au sérieux.

 

Tel est le constat dressé par Eric Maumy, directeur général de Verlingue, membre français du réseau Worldwide Broker Network (WBN), parrain du rapport annuel European Risk Frontiers, qui précise : « Quelle que soit la taille de l’entreprise, la question des cyber-risques doit être traitée au niveau du Comité exécutif ou de tout organe équivalent. Une cyber-attaque, au-delà de l’atteinte à l’image et à la réputation, peut impacter de manière extraordinairement importante l’activité d’une société ».

 

Eric Maumy ajoute : « Il ne se passe pas une journée sans que les médias ne relatent que telle ou telle société a été la cible d’une cyber-attaque. Le challenge pour nous est de sensibiliser les entreprises au fait que la cybercriminalité est devenue une activité économique en plein essor. La vraie question qui se pose par conséquent au client n’est pas de savoir s’il va être touché mais quand il va l’être. »

 

Les assureurs et les courtiers en assurance peuvent aider les risk managers à prévenir les cyber-risques et à financer les pertes inévitables. Mais il reste encore beaucoup à faire, reconnaît M. Maumy qui nous livre son analyse : « Il est indéniable que les assureurs s’efforcent de proposer aux clients des services visant à évaluer et réduire leur niveau d’exposition, mais les compagnies peinent encore à avoir une totale maîtrise du problème. Les clients ont envie de savoir ce que représente la notion de cyber-menace pour leurs activités respectives, à quel degré d’exposition ils sont exposés et où cette exposition est susceptible de se matérialiser. Enfin, ils veulent également savoir si le risque peut être réduit, et à quel niveau ou quel montant il peut être ramené. »

 

À cela ajoute M. Maumy : « Il va de soi que nous devons proposer une solution assurantielle, mais également travailler sur notre capacité à réunir ces services dans une offre intégrée. Cela nous permet de valoriser l’approche que nous avons de la gestion des risques. Il s’agit là d’une question que nous traitons avec nos collègues de WBN. C’est en ce sens que notre participation à ce réseau international se révèle très utile. »

 

M. Maumy conclut en soulignant que si le marché européen de l’assurance des cyber-risques en est encore à ses débuts, il n’en observe pas moins une diminution des déficits de couverture. En conclusion, malgré les améliorations indubitables obtenues en matière de couverture, il insiste une fois encore sur l’importance de voir émerger des offres de services associés comme par exemple des mesures d’intervention d’urgence mises en œuvre par des sociétés spécialisées.