#NEWS

23/06/2016

Big data, objets connectés, nous sommes en pleine phase d’accélération !

Numéro deux en France du courtage en assurances dans la protection des entreprises en région, Verlingue* ambitionne de devenir numéro un d’ici 2018.

Présidée par Jacques Verlingue, l’entreprise éponyme a engagé sa révolution numérique dès 2006 et annonce 20 millions d’euros d’investissements dans la transformation numérique. Une centaine de nouveaux collaborateurs est actuellement recherchée dont 40 profils digitaux.

 

Aujourd’hui, quels sont vos principaux enjeux en matière de transformation digitale ?

« Dans notre industrie, les entreprises qui n’ont pas de stratégie digitale, n’ont pas d’avenir. La culture industrielle et High Tech fait partie de notre ADN et cela fait 10 ans que nous avons pris le virage des nouvelles technologies en lançant notre propre plateforme de service Easy@ccess. Il s’agissait initialement de faciliter la gestion des flottes de véhicules de nos clients (ETI et grands groupes) en leur permettant d’éditer leur carte verte online ou de gérer leur sinistre en ligne et sur Smartphone. Nous avons ensuite étendu nos services digitaux à tous les autres risques, dont l’assurance santé et la prévoyance. L’appétit croissant des clients pour une relation dématérialisée nous oblige aujourd’hui à aller plus loin et plus vite car simplifier les parcours clients ou permettre d’échanger en mode multicanal ne suffisent plus. Des enjeux encore plus considérables se font jour : une connaissance plus fine de nos clients doit permettre une personnalisation plus forte des offres, les objets connectés et le Big data ouvrant de ce point de vue des perspectives dont nous ne mesurons pas encore tout le potentiel. »

 

Quid justement des objets connectés en matière d’assurance ?

« L’assurance automobile est en train d’être révolutionnée avec les véhicules connectés et cette révolution devrait se poursuivre en assurance santé. En automobile, ce développement est porté par la généralisation des boîtiers à bord des véhicules, qu’ils soient installés par les constructeurs ou déployés sur le parc existant. C’est déjà une réalité en Grande-Bretagne, avec le principe du Pay-as-you-drive, c’est-à-dire la transmission des données de conduite (vitesse, freinage, consommation, etc.) qui permet de récompenser les bons conducteurs. L’analyse des données liées aux comportements des conducteurs complétera celles dont nous disposons déjà en accidentologie. Nous allons pouvoir déployer des programmes de prévention sur mesure visant à modifier les comportements des conducteurs. Sans dire que nous sommes réservés en matière de santé, nous sommes toutefois prudents compte tenu de la sensibilité des données qui peuvent être utilisées et des problèmes d’éthiques que cela peut poser. »

 

Quels sont vos principaux investissements dans ce domaine ?

« Nous avons été parmi les premiers dans notre industrie à développer des applications mobiles comme Mobil@ccess qui permet à nos assurés en flottes automobiles de gérer la réparation de leur véhicule, de géolocaliser les réparateurs ou centres de bris de glace agréés et qui propose un module d’éco-conduite pour améliorer ses réflexes, diminuer son impact sur l’environnement et réduire les risques d’accident. Par ailleurs mon engagement dans YPO (Young Presidents’ Organization) une organisation internationale qui rassemble plus de 24 000 dirigeants, me permet d’être connecté avec l’innovation à l’échelle de la planète. En matière digitale, nous ne nous interdisons rien : qu’il s’agisse de partenariat, de prise de participation ou de rachat en France comme à l’international. »

 

*Verlingue fait partie du groupe Adelaïde, spécialisé dans le conseil, l’intermédiation, la distribution et les services en assurances. Présidé par Jacques Verlingue, Adélaïde compte plus de 1400 collaborateurs, négocie 1,1 milliard d’euros de primes pour le compte de 2000 entreprises et gère la prévoyance et les frais de santé de plus d’1,5 million d’assurés